C’était il y a quelques mois, la liste des crimes tunisiens contre la beauté vous avait enthousiasmé, bande de galopins facétieux que vous êtes ! En fait, en voyant son succès, j’ai commencé à me demander si on était pas simplement super nombreux à en avoir marre de voir nos jolies tunisiennes tout gâcher en make-up vulgos… Et puis j’ai réalisé, que non, vous êtes juste des vilains.

En fait, vous l’êtes tellement que vous avez du remarquer que la moutonnerie du mauvais goût ne se limite pas aux visages de nos compatriotes, et s’étend à loisir sur leurs looks. Allez, tenez moi la main et ne la lâchez pas, je vous fais faire le tour de ce qui me brûle la rétine à chaque coin de rue.

Le legging

En Tunisie, on a besoin du legging comme les chefs de chantier ont besoin d’un casque. En effet, les stylistes espagnols ou turcs qui ont dessiné votre short en jean ou votre petite robe préférée ne les ont pas fait à l’épreuve du mâle tunisien (et de sa fragile libido). Donc, ce n’est pas le legging le problème, mais la façon de le porter : faut-il préciser que ce n’est pas un pantalon ? Dites vous que c’est une sorte de collant, une seconde peau si vous voulez. Et quand je dis peau, c’est la vôtre, pas celle d’un léopard ni d’un tigre du Bengale, s’il vous plait.

La pince crabe

Autrement connue sous le nom de « chekel 7ajema », c’est sans doute la pire chose que vous puissiez mettre dans vos cheveux pour sortir, à égalité avec le bigoudi et le papier alu qui isole les mèches. 

Alors, à moins d’un incendie dans votre salle de bain vous obligeant à évacuer les lieux avec un brushing à moitié complété et de la crème décolorante sur la moustache, vous êtes priées de la laisser à la maison. 

Ps: qu’elle soit recouverte de strass ou de saphirs 1.5 carat, c’est toujours non.

Les talons à la plage

Ah si si, ça c’est déjà vu, ça se voit, ça se verra et nous y serons pour toujours impuissants, mais que voulez-vous il faut bien qu’on s’exprime. 

Non parce que, si vous êtes capables d’affronter les interstices entre les planches du ponton, le sable, l’eau, et les gamins qui vous shootent leur ballon dans les jambes en talons, ce n’est pas un paragraphe dans un article web qui va vous arrêter. Ni le ridicule qui va vous tuer, semble-t-il.

L’imprimé Burberry

Juste stop. Stop cet imprimé.

Ce chemisier

Vous le reconnaissez ? Il est satiné, froncé, volanté, enrubané, synthétique, parfois ceinturé et souvent trop petit. On me murmure à l’oreillette qu’on le voit souvent sur les ressortissantes d’un certain gouvernorat que je ne nommerais pas parce qu'on les aime tous beaucoup et que je tiens à continuer à travailler, hum hum.

Les collants satinés

Êtes vous une danseuse classique de 7 ans ? Non ? Alors enlevez moi ça tout de suite. Il n’y a pas une paire de jambes au monde qui soit mise en valeur par cet immonde reflet brillant. 

La parure au complet

Vous l'adorez, vous l’avez acheté en entier, de la bague aux pendants d’oreille en passant par l’énorme collier, sa broche et ses bracelets. Elle a coûté 1 an de SMIG. Vous en êtes fière. Les pièces sont composées des mêmes pierres et des mêmes métaux, suivent le même design et donc vont bien ensemble. 

TOUT CECI n’est pas une raison pour vous transformer en sapin de Noël à chaque occasion spéciale. Maîtrisez-vous, bon sang.

Le jean muffin

Un jean effet « muffin », c’est juste un jean taille basse deux tailles trop petit. Il vous serre juste assez pour faire ressortir vos poignées d’amour (particularité physique nationale et unisexe) qui seraient beaucoup plus mignonnes dans des fringues à leur taille.

Ce qu’il se passe d’encore plus génial, c’est qu’en marchant, les deux courbes prononcées chassent le t-shirt vers le haut, exposant au grand jour vos réserves de l’hiver. Non merci.

La ceinture à boucle bling

Cette fameuse ceinture qui hurle un (faux) nom en lettres de strass. Meilleure copine du jean muffin, elle vous compresse un peu plus tout ça, fait semblant de maintenir le bazar à une hauteur décente, et souligne d’une touche de bling bling ce qui déjà piquait un peu les yeux… Brillant.

Le nail art

Ceux qui connaissent les dérives de la pratique auront du mal à la qualifier d’«art». Après avoir survécu à la mode du brillant collé sur la canine gauche, la Tunisie affronte aujourd’hui l’épreuve du bijou d’ongles dans laquelle aucune mesure n’est observée ! C’est à qui aura les ongles les plus chargés, les plus décorés, les plus ornés, les plus différents les uns de autres et les plus susceptibles de vous démettre une épaule par leur poids.

Le faux Louis Vuitton

Ou Prada, Kors, ou Gucci. Enfin, tous les trucs monogrammés, siglés à mort et déjà bien moches à la base, qui ne doivent leur succès qu’au prestige de la marque et aux finitions impeccables. Ce qui, je n’ai pas besoin de le dire, n’est pas le cas du machin qui s’effrite et s’effiloche au bout de votre bras.

La folie de l’assorti

La tendance color bloc vous a menti mesdames ! Elle vous a encouragé sur un terrain glissant, celui du matchy-matchy, ou "assortiment" à sauce années 80. Abstenez-vous !

Ça

Ce n’est pas tunisien et même sans doute pas très commun, mais j’ai pensé que vous aviez besoin de le voir. Pas de quoi. 😉

NDLR : Aucune modeuse tunisienne n’a été maltraitée durant la rédaction de cet article, les ressemblances avec des faits ou des personnes réelles sont voulues et assumées, les vannes de la rédactrice n’engagent qu’elle, et elle espère très sincèrement que ses lecteurs auront assez d’humour pour lui pardonner son chekel de 7ajema et son jean muffin, le jour où ils la croiseront. 😉

Joanna Ben souissi
 

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?