Ça tire, ça démange, ça s’accroche au cheveux et ça s’enlève difficilement : ce sont les poux. Selon une étude, 45% des enfants en ont eu durant ces 5 dernières années, les filles âgées entre 6 et 9 ans étant plus touchées que les garçons. Si ces insectes grisâtres de la taille d’une tête d’épingle s’attrapent facilement entre les enfants par échange de casquettes ou en collectivité, ils passent tout autant d’un individu à un autre lors d’un selfie !

C’est ce que nous explique une étude présentée lors du congrès annuel de la British Association of Dermatologists à Liverpool. Selon leurs auteurs, se regrouper pour faire un selfie est vecteur de contamination entre enfants. À quatre ou cinq individus collés, les chances d’attraper des poux explosent. Ainsi, 62,5% des enfants qui ont utilisé un smartphone ou une tablette pour prendre une photo de groupe ont eu des poux, alors que 29,5% des individus qui n’ont pas utilisé cette technologie en ont attrapé. « Nous ne sommes pas en train de dire que les smartphones sont la cause d’une épidémie de poux mais il existe un lien », a expliqué le docteur Matthew Gass. Selfie ou pas, la meilleure solution reste la prévention.

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?