L’histoire de la Tunisie a depuis toujours été marquée par des femmes qui ont participé activement au devenir de leur pays. Chacune, témoin de son époque, a contribué à sa façon au développement social, économique mais également politique de la Tunisie. Femmes de Tunisie a voulu rendre hommage à ses figures féminines à qui l’on doit une partie de nos acquis.

1- La Reine Didon / Elyssa (époque carthaginoise)

Reine-didon

Elyssa, princesse phénicienne et fille du roi de Tyr, est la fondatrice légendaire de Carthage et première Reine de la cité punique qui a conquis le bassin de la Méditerranée (la Reine Didon = femme courageuse). Elle fonda Carthage en passant un accord ingénieux avec le roi berbère. En effet, elle lui demanda de lui donner une terre de la superficie d’une peau de bœuf qu’elle découpa en fines lanières et qu’elle mit bout à bout afin de délimiter l’emplacement de la ville.

2- Sophonisbe (235 av.J. -C – 203 av. J. -C)

sophonisbe

Fille du général carthaginois Hasdrubal Gisco, Sophonisbe était réputée pour sa beauté légendaire. Elle est à l’origine de la coalition entre Carthaginois et Numides en épousant le roi Syphax.

3- La Kahena (686-704)

la-kahena

Dihya (sage, stratège) qui est connue sous le nom de la Kahena (la prêtresse ou sorcière), est une reine guerrière berbère qui unifia les tribus amazigh pour contrer les invasions islamiques. Elle gagna deux batailles face aux musulmans et réussit à régner sur toute l’Ifriqiya pendant cinq ans. Elle sera la seule femme de l’histoire à combattre l’empire omeyyade.

4- Jezia El Hilalia (époque sanhagite 973-1148)

jezia-hilalia

Elle appartient au tribus arabes de Bani Hilal et Bani Suleym et était connue pour sa beauté, sa sensualité et sa féminité légendaires mais elle était également une cavalière émérite et une grande guerrière. Elle conquit l’Ifriqiya sur ordre des Fatimides et s’est sacrifiée ainsi que son mari et ses enfants pour sauver sa tribu.

5- Saida Manoubia (1180-1257)

De son vrai nom Aicha Manoubia, elle est la fille du Sheik Abi Moussa Imran Bin Soleiman Manoubi. Elle montra depuis son jeune âge un intérêt pour les textes islamiques et était l’élève des deux érudits soufistes Abou Said El Beji et Abou Hassen Chedly devenus marabouts par la suite. Elle était connue pour sa charité auprès des pauvres et des plus défavorisés alors qu’elle était elle-même dans le besoin.

6- Aziza Othmana (1606-1669)

aziza-othmana

Aziza Othmana, petite fille du Sultan Othman Dey et épouse de Hamouda Pacha, est une princesse tunisienne au grand cœur. En effet, elle affranchissait les esclaves et les prisonniers de guerre, offrit la totalité de ses biens au profit d’œuvres caritatives et participa au financement et au bâtissage de l’actuel hôpital Aziza Othmana.

7- Bchira Ben Mrad (1913-1993)

bchira-ben-mrad

Fille de Cheikh El Islam Mohamed Salah Ben Mrad et petite fille du Mufti de Tunis Hmida Ben Mrad, Bchira Ben Mrad est une militante et féministe qui fonda l’Union musulmane des femmes de Tunisie (UMFT), première organisation féminine tunisienne qui permit aux femmes d’être actives au sein du mouvement national.

8- Radhia Haddad (1922-2003)

Radhia-Haddad

Radhia Ben Ammar Haddad est une militante féministe qui participa activement au mouvement national contre le protectorat français. Après l’indépendance, elle devient l’une des premières femmes parlementaires en Afrique et dans le monde arabe. Elle préside par la suite l’Union Nationale des Femmes de Tunisie (UNFT) au sein de laquelle elle milite pour l’alphabétisation des femmes et pour leur droit au travail afin d’assurer leur autonomie financière.

Mais la Tunisie compte évidemment d’autres figures qui ont fait son identité telles que la Sultane ziride Saïda Sanhajia ou les saintes Saïda Ajoula et Lella Arbia et plus récemment Asma Belkhodja-Rebaï, Sophie Bessis, Gisele Halimi, Héhé Béji, Sana Ben Achour et tant d’autres.

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?