C’est un motif de séparation qui revient souvent. Après une vingtaine d’années de mariage, voire plus, le gentil monsieur si attentionné, à qui l’on aurait donné le bon Dieu sans confession, a décidé de quitter son épouse pour une femme bien bien plus jeune. Cette situation, « Najla », 53 ans, l’a vécue il y a 6 ans : du jour au lendemain, son mari (56 ans) a décidé de mettre fin à leur mariage de 26 ans. Coup dur. Comment a-t-elle pris la chose ? Et les enfants dans tout cela ?

Nous avons rencontré « Najla » en janvier 2016 dans un célèbre hôtel sur l’avenue Habib Bourguiba à Tunis.

« J’ai rencontré ‘Karim’ il y a donc 32 ans. C’était un amour, même s’il avait, comme la plupart des hommes méditerranéens, un côté macho. On a eu trois enfants, dont des jumelles. Chaque année, on allait passer nos vacances d’été à Mahdia. Un mois en tout. Une année, ‘Karim’ a écourté ses vacances parce que le patient qu’il avait opéré de la jambe avait des complications post-opératoires. Il est donc rentré à Tunis la dernière semaine du mois d’août, nous laissant à Mahdia. On a pu gérer. Tant pis. Et puis, l’année d’après, rebelote, mais deux jour par semaine durant tout le séjour. J’ai failli péter un câble… (Najla allume une cigarette). Mais il fallait quand même penser à tous ces patients, toutes ces familles… L’été d’après, je l’avais prévenu. Il avait répondu qu’il n’y pouvait rien s’il était appelé en urgence. Et c’est ce qui est arrivé. Deux jours par semaine sans lui. Bon ben on a pris l’habitude avec les enfants ! À Mahdia, quand il s’occupait du barbecue, son téléphone, resté au salon, a sonné. C’était un message. Sur le chemin, en le lui apportant dans le jardin, l’écran s’est allumé à la réception du SMS. Par réflexe, j’ai regardé et il y avait un aperçu du message : « slt aman le code wifi elli fi bitek ??? ». Un SMS envoyé par un(e) « Bra20 ». J’ai rappelé, c’était une femme à la voix très jeune. C’est bon, j’ai tout pigé. Apparemment, il a aussi pigé quelques jours plus tard que je m’en étais aperçue et m’a annoncé que je ne l’attirais plus, qu’il avait rencontré quelqu’un, qu’il ne pouvait pas lutter contre son destin. Il est donc parti… Après 26 ans, il m’a quittée pour une petite minable de 23 ans. Pauv’ type. »

Une vie morose

« Quelques mois plus tard, j’ai vu ‘Karim’ de loin dans un Monoprix avec une belle petite jeunette… ou plutôt co*****e ! Ah bah il a pas choisi une p’tite crotte, surtout qu’elle doit avoir max, quoi, 23 ans ? Sur le coup, j’ai rigolé toute seule. En rentrant chez moi, heureusement que les enfants n’étaient pas à la maison d’ailleurs… euh, en rentrant chez moi donc, j’ai éclaté en sanglots. Je comprenais pas du tout pourquoi un homme que j’ai aimé toute ma vie et qui m’a aussi aimée a pu virer de la sorte. J’ai commencé à me toucher le ventre et les cuisses pour voir ce qui n’allait pas. C’est une question de physique ou quoi ? Ah bah larguer quelqu’un aussi facilement, chapeau l’artiste ! Je suis alors tombée dans une sale phase. Brisée. Et puis, juste boulot, devoirs des enfants, télé, dodo. Aucune distraction et humeur… même pas de mauvaise humeur je veux dire… je voyais tout en gris. Mes enfants, oui, je dis ‘mes’, le voyaient de temps en temps, mais dehors. Je leur ai bien répété qu’il ne devaient lui poser aucune question sur sa nouvelle vie, juste profiter de leur papa. Un jour, Moez, mon fils, est rentré en me disant que ‘Karim’ allait se remarier… premier choc… et que cette s****e était enceinte… second choc… j’ai fait semblant de rien devant mon fils. Là, c’est bon, j’ai compris… ça m’a fait l’effet d’un électrochoc. Il était hors de question que je me laisse aller comme ça.

Libérée

« C’est bon, j’ai compris. Ma vie était loin d’être finie, et mes enfants comptaient sur moi. J’ai commencé à voir du monde, à aller à la salle de sport, à positiver. Heureusement que j’étais très bien entourée, par mes amis de longue date, ma famille. J’ai réalisé que ce qui était arrivé n’était pas de ma faute… Libérée. Je n’allais sûrement pas me laisser abattre par un couple de merdeux. Après tout, j’étais officiellement divorcée depuis quelques mois et tout ce qui pouvait leur arriver ne m’intéressait pas. S’ils sont heureux, tant mieux pour eux. »

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?