Au lendemain de la révolution tunisienne, dans une région magnifique du sud-ouest de la Tunisie, aux portes du désert, un hôtel de charme fait la une, celui de la célèbre architecte designer Matali Crasset. Implanté à Nefta, Dar Hi est une œuvre innovante inscrite dans une oasis des plus réputées, la Corbeille de Nefta.

« L’idée de cet hôtel est venue de l’oasis, car c’est là qu’on a un équilibre depuis des décennies entre la nature et l’activité humaine. » Matali Crasset

« L’idée qui me guide est de revenir à une certaine simplicité, en s’imprégnant de l’esprit du patrimoine local et surtout de cet arbre magnifique et altier, le palmier. »  Matali Crasset

patio
Sous la nuit chaude du sud-tunisien, l’espace éclairé de l’hôtel écologique Dar HI, modernité et contemplation

Telle une sentinelle, la silhouette de cette forteresse contemporaine surgit au regard du connaisseur, surplombant le quartier historique de Ras El Aïn. Rompant avec les codes traditionnels du luxe, la designer a choisi de créer un lieu unique, espace de ressourcement intérieur, haut lieu d’un voyage initiatique. Sorte de «thalasso de l’esprit», le concept de Dar Hi repose sur le voyage intérieur. Chaque invité résidant au Dar Hi, qui compte dix-sept chambres, est convié à vivre une expérience unique, celle de la rencontre avec le désert et du partage de la vie oasienne.

L’hôtel a été conçu pour offrir un autre type d’hôtellerie en Tunisie, une offre de partage et d’expérience à dimension humaine. Fruit de la deuxième collaboration entre Ali Patrick Elouarghi, Philippe Chapelet et Matali Crasset, le Dar Hi obéit à une démarche écologique soutenue par une vision durable. Il a donné naissance au concept d’Eco-logde.

pool-bed
Sur les cimes de Dar Hi depuis la piscine, vue sur la ville de Nefta

Tout comme l’hôtel Hi de Nice, la construction de celui de Nefta a été menée dans le respect de l’environnement, en coopération avec les artisans de la ville de Nefta et de celle de Tozeur. L’utilisation des matériaux locaux pour le mobilier, la décoration, l’isolation est de mise et repose sur le palmier.

La volonté des promoteurs est donc double, celle d’accueillir une clientèle haut de gamme dans un environnement exceptionnel, l’oasis et ses 400.000 palmiers, et celle de préserver cet environnement par une réflexion sur la protection et la réhabilitation de la Corbeille de Nefta autour du projet de Palm Lab.

room-5
Une petite table pour grignoter ou travailler, un vaste lit et une expérience de vie intime et confortable

Cette clientèle, qu’elle soit nationale ou internationale, est essentiellement citadine. Il s’agit pour la designer de lui offrir un havre de paix naturel dans un respect total du concept écologique et selon une approche design, ludique, colorée et accueillante.

Les dix-sept chambres se déclinent en quatre concepts hyper-colorés. Espaces disposés selon des directions différentes, ouvertes sur l’extérieur, ces chambres bénéficient d’un panorama d’exception sur la ville, le désert ou l’oasis, au choix.

Chaque chambre bénéficie également de toute la vie de l’hôtel grâce à une interaction avec les espaces publics, terrasse intérieure, piscine ou hammam.

Maison sur pilotis

La maison sur pilotis réfère au premier concept, baptisé par les promoteurs «type air». Ces espaces sur pilotis donnent sur la vie locale et la palmeraie, ils offrent des points de vue saisissants et tous différents, les uns donnant sur le Chott el Jerid, les autres sur la Corbeille de Nefta. Deux expériences de vie sont ainsi offertes: en partie haute, l’existence s’organise autour du Maksoura, sorte de bow-window; en partie basse, l’espace a des airs d’une petite place de village protégée du soleil par un jeu de treilles, préservant l’intimité de chacun.

Troglodytes

img_3968
Une petite table pour grignoter ou travailler, un vaste lit et une expérience de vie intime et confortable

Trois espaces réfèrent au deuxième type, dit «troglodyte». Ils sont situés dans la partie rocheuse de l’hôtel.

Ces trois chambres sont indépendantes, mais forment des espaces ayant chacun une terrasse privative, tout en partageant un espace commun circulaire. D’un confort épuré et bénéficiant de fraîcheur, elles rappellent la douceur des maisons troglodytes typiques de la région de Matmata. La designer propose aux invités une authentique expérience minérale.

Dunes

img_4041
Une petite table pour grignoter ou travailler, un vaste lit et une expérience de vie intime et confortable

Trois autres espaces, situés au niveau du sable, constituent le troisième type, appelé «dunes». Ces chambres se présentent comme des pièces ouvertes qu’un vent de sable aurait dessinées. A la manière d’un bivouac, ces espaces intérieurs proposent un confort informel et modulable. Chaque espace dune est particulier: l’un est doté d’une loggia et d’un puits de lumière avec jardin intérieur, l’autre dispose d’une terrasse extérieure et d’une baie vitrée avec vue sur la corbeille de Nefta, la troisième chambre indépendante possède une terrasse-alcôve en bois avec vue sur la palmeraie.

img_4289
Splendide vue en contreplongée de l’escalier de Dar Malika, maison de type traditionnel ancré dans la ville, une o re d’indépendance pour des hôtes venant en famille.

Dar Malika représente le quatrième type, celui de la maison traditionnelle. Cette dernière est ancrée dans la ville. Elle plaît aux voyageurs amoureux d’indépendance et du bonheur de se retrouver entre amis, tout en profitant des services de l’hôtel, en particulier les activités bien-être et la cuisine bio. En effet, un des axes de la démarche des promoteurs est d’offrir une cuisine bio à leurs clients, et même des cours de cuisine bio. Celle-ci est alimentée par la culture d’un potager biologique sans engrais, installé dans l’oasis.

room-in-a-pool
La terrasse, la nuit, un espace de quiétude…luxe calme et volupté S

Les parties communes révèlent une conception d’ouverture. La cuisine est un laboratoire aéré dans lequel s’activent les cuisiniers, tous originaires du village.

Cette zone est ouverte à toute heure du jour ou de la nuit. On ne peut pas parler de restaurant, mais d’une salle à manger modulable avec de grandes et petites tables utilisables à souhait.

img_4433
Salon bibliothèque Zen avec cheminée contemporaine d’inspiration mauresque, souligné d’un jaune spirituel.

L’hôtel dispose d’un auditorium et d’une bibliothèque, car les activités culturelles font partie de l’offre de séjour. Les chambres ne possèdent pas de télévision et ces deux espaces permettent aux invités de venir choisir un livre, d’écouter de la musique ou de voir des films.

On ne peut quitter le Dar Hi sans faire l’éloge du spa, particulièrement soigné par la designer, et extrêmement recherché par tous les voyageurs. En droite ligne avec le concept du soin du corps et de l’esprit, le spa Hi  Body and Soul est un espace composé de salles de massage et de soins, d’une baignoire aux huiles relaxantes, d’une salle de méditation, d’un hammam dans la pure tradition orientale chauffé à la vapeur d’eau chaude provenant du désert, d’une piscine d’eau chaude thermale à jets massants, d’un salon de yoga… Là encore, tout respire calme, beauté et douceur de vivre.

img_4649
Terrasse et piscine sur le toit, un luxe double : la piscine d’eau thermale et la ville de Nefta.

Impliqués dans les causes de leur temps, les promoteurs de Dar Hi ont su tisser des relations privilégiées avec les habitants du village, notamment avec les cultivateurs qui leur fournissent les produits locaux, fruits et légumes. Il est même question désormais de créer un jardin collectif.

Car Dar Hi veut contribuer fortement à la préservation de l’oasis de Nefta qui souffre du tarissement de ses sources. Cet hôtel se révèle certes un lieu de détente pour citadins fatigués, mais détient entre ses mains le potentiel pour faire revivre une région qui a perdu de son lustre depuis les années 80.

Dar Hi est un élément unique en Tunisie et attire bon nombre de touristes à la recherche de ce confort design sans ostentation et de cette nature fragile mais si attachante aux abords du désert.

Texte : Martine Geronimi

Photos : Jérôme Spriet

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?