Faisant suite à l’article et à l’enregistrement diffusés dans cet article, l’Association Tunisienne des Villages d’Enfants SOS a souhaité publier sa réponse :

« SOS Villages d’Enfants prend de façon sérieuse toutes les allégations de discrimination. Nous sommes profondément préoccupés d’apprendre que les croyances personnelles d’un membre du personnel aient pu jouer un rôle dans la résiliation de son contrat. Nous tenons aussi à préciser que la situation à ce jour présente des faits contradictoires et une enquête sera menée à cet effet.

Les droits des enfants, des jeunes et de notre personnel sont d’une importance primordiale pour nous et nous ferons tout notre possible pour les protéger. »

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?