La consommation quotidienne de thé réduit de moitié l’apparition de la démence sénile. Tel est le résultat d’une étude menée par le maître assistant Feng Lei du Département de médecine psychologique à l’Université Nationale de Singapour Yong Loo Lin School of Medicine. L’équipe de Feng Lei a ainsi analysé plusieurs données en rapport avec leurs conditions médicales, mode de vie, activité physique ou sociale ou encore leurs fonctions cognitives tous les deux ans jusqu’à 2010. Les 957 participants chinois, âgés de 55 ans et plus, ayant consommé 2 tasses et plus de thés vert, noir ou Oolong, ont réduit de 50% le risque de développement de troubles cognitifs. Dans le cas des personnes ayant un facteur génétique favorable à Alzheimer, c’est encore mieux : -86% !

tea_time_still

La raison ? Essentiellement grâce aux substances contenues dans les feuilles de thé. « En se basant sur nos connaissances actuelles, cet avantage à long terme par la consommation de thé est dû à aux composés bioactifs des feuilles de thé, comme la catéchine, les théflavines, les théarubigines et la L-théanine. Ces composés exposent le potentiel anti-inflammatoire et antioxydant ainsi que les propriétés bioactives qui peuvent protéger le cerveau des dommages vasculaires et de la neurodégénérescence. Notre compréhension en détail des mécanismes biologiques est encore très limité, c’est pour cela que nous devons réaliser plus de recherches pour trouver des réponses définitives », a déclaré le maître-assistant Feng Lei dans son étude publiée dans The Journal of Nutrition, Health & Aging.

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?