Les voyages se démocratisent et il n'est pas toujours facile de s'y retrouver quand on veut suivre les recommandations du Coran. Pourtant, ces dernières années, des agences de voyages et des comparateurs de prix virtuels se sont multipliés pour proposer des offres adaptées à ce segment. Et il y a de quoi aiguiser les appétits: les touristes musulmans pèsent 130 milliards de dollars en pouvoir d'achat.

La « halalité », ça ne s'improvise pas, alors les établissements halal répondent à de nombreux critères pour séduire leur clientèle: des menus adaptés, mais aussi des espaces de prière, un service de prêt de tapis de prière, la vente d'alcool y est interdite, des espaces sont réservés aux femmes et, en période de Ramadan, les repas sont servis en fonction du coucher et du lever du soleil (ftour ou s'hour, à la convenance du client). En Arabie Saoudite, il existe des hôtels exclusivement féminins, ce qui permet aux femmes de réserver une chambre sans être accompagnées de leur époux. Et si l'aéroport de Munich (900.000 voyageurs musulmans par an) a installé il y a peu de temps une salle de prière, des panneaux en arabe et des restaurants certifiés halal, c'est à l'aéroport de Bangkok que revient la palme de la plateforme aéroportuaire la plus respectueuse des pratiques de l'islam.

Pour préparer ses vacances halal, il y a le choix entre plusieurs sites, dont Lagisatu, l'un des premiers comparateurs de prix d'hébergements halal, avec une base de plus de 650.000 logements (hôtels, maisons, auberges, centres de villégiature) dans 83.000 villes dispersées sur le globe, ou encore Halaltrip et Halalbooking, lequel vient tout juste de lancer sa version française. Certains organismes publics se lancent aussi dans l'aventure, à l'instar de l'Office du tourisme du Queensland, en Australie, qui a mis en place un site spécialisé pour les voyageurs de confession musulmane. Tout le monde a sa technique et ses petites astuces pour attirer à lui l'énorme manne financière que représentent ces millions de touristes aux portefeuilles bien remplis. Une étude britannique suggère même la création d'une compagnie aérienne 100% halal. Un projet qui irait dans le bon sens, car la demande est encore loin d'être satisfaite. 

De nombreux pays aménagent leur parc touristique pour accueillir les touristes musulmans, mais, en matière de tourisme halal, la Malaisie reste la destination la plus prisée, devant les Émirats arabes unis, la Turquie,  l'Indonésie, l'Arabie saoudite, Singapour, le Maroc, la Jordanie, le Qatar et la Tunisie, selon une enquête réalisée par le spécialiste du voyage Mouslim Crescentrating (Singapour). À noter que la Tunisie fait, cette année, son entrée dans le top 10 des destinations préférées des touristes musulmans. La Malaisie propose la meilleure offre en ce qui concerne l'alimentation halal, l'accessibilité aux mosquées et salles de prière, le patrimoine, avec pour principal atout, un environnement paisible, où la discrimination basée sur la religion se fait la moins ressentir.

Et les perspectives sont alléchantes: les dépenses des touristes musulmans devraient encore augmenter de 4,8% par an d'ici  à 2020 (contre 3,8% pour le reste du monde), selon une étude menée dans 47 pays par Mouslim Crescentrating et DinarStandard (États-Unis). On l'aura compris, l'offre se développe de plus en plus, histoire d'absorber les ressources financières en plein boom dans les pays musulmans, et ce dans tous les secteurs (alimentation, finance, produits pharmaceutiques, mode, etc.).

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?