2016 a été incontestablement l’année du cinéma tunisien. Plus d’une dizaine de long-métrages sont sortis en salles rassemblant un nombre important de spectateurs. Certains films ont été recomposés par de prestigieux festivals, d’autres vivement critiqués et d’autres encore sont simplement passés inaperçus. Cependant, un bon nombre de ces productions cinématographiques possède une particularité qu’il est bon de rappeler. Retour sur ces films tunisiens qui ont marqué les esprits en 2016 :

A peine j’ouvre les yeux :

Sorti en salles le 13 janvier 2016, le premier long métrage de Leyla Bouzid a été la première révélation de l’année. Récompensée lors de plusieurs festivals comme  la Mostra de Venise, le Festival international du film Francophone de Namur ou encore le  Festival internationale du film de Dubai, l’œuvre de Leyla Bouzid est à la fois touchante, simple, non surfaite, et techniquement réussie.

Narcisse :

Sorti en salles le 14 février 2016, Narcisse est le premier long métrage de Sonia Chamkhi. Le film réunit de très bons acteurs tunisiens comme Fatma Ben Saidane, Aicha Ben Ahmed, Ghanem Zrelli et Jamel Madani. Narcisse (Aziz Rouhou en arabe) traite de la famille, de l’homosexualité, d’abus sexuel, d’alcoolisme, de jalousie et d’amour interdit.

Nhebek Hedi :

Sorti en salles le 14 mars 2016, Nhebek Hedi  est le premier long métrage de Mohamed Ben Attia. Le réalisateur signe un portrait puissant de la jeunesse tunisienne, entre la quête de soi et le besoin de rébellion.  Coproduit par les frères Dardenne, le film a été récompensé à Berlinale, au Festival International du film à Athènes et au Festival de bordeaux. Ce film a très clairement marqué l’année 2016.

Eclipses- Khousouf

Sorti en salles le 6 avril 2016, le film Khousouf est réalisé par Fadhel Jaziri. Le long-métrage est dédié à la mémoire du fils du réalisateur, Omar Jaziri, décédé lors du tournage. Son autre fils Ali Jaziri joue le rôle principal dans Eclipses. L’acteur partage l’affiche avec l’une des révélations de l’année, Yasmine Bouabid. Corruption, meurtre et amour au programme de ce polar.

Lilia, une fille tunisienne :

Sorti en salles le 11 avril 2016, Lilia une fille tunisienne est le dernier long-métrage du réalisateur Mohamed Zran. Malgré avoir été primé lors du festival international des cinéastes à Londres, le film a été un échec et serait le pire film de l’année 2016.

Zizou

Sorti en salles le 25 septembre 2016, Zizou est le dernier long-métrage de l’un des plus connus des cinéastes tunisiens, le fameux Férid Boughdir. Après plus de vingt ans d’absence, le réalisateur signe son retour avec un film avant tout poétique et drôle. En novembre dernier, Zizou a remporté le prix du meilleur film arabe de l’année au Festival International du film au Caire.

Fleur d’Alep :

Sorti en salles le 6 novembre 2016, le film Fleur d’Alep est réalisé par le réalisateur et producteur  Ridha Béhi.  Il est l’un des rares films tunisiens à traiter de la thématique de l’endoctrinement des jeunes qui partent au Jihad en Syrie. Ce long métrage signe également le retour de Hend Sabry au grand écran.

Koul Trab :

Sorti en salles le 30 novembre 2016, Koul Ttrab est réalisé par Nidhal Chatt. Le film ne date pas d’aujourd’hui, puisqu’il a fait partie de la compétition officielle des JCC 2000 dans la catégorie des longs-métrages. Mieux encore, « Koul Trab » avait même reçu le prix de la Meilleure Première Œuvre et celui du meilleur second rôle masculin pour Fathi Haddaoui.  Le film sort en salles 16 ans plus tard. Ce long-métrage représente également, à l’époque, la première expérience de Lotfi Abdelli au cinéma.

Woh !

Sorti en salles le 21 décembre 2016, Woh est le premier long métrage d’Ismahane Lahmar.  Portée par une brochette d’acteurs connus, cette production cinématographique est le premier film tunisien financé par son public. Une comédie légère 100% tunisienne.

Zeineb n’aime pas la neige

Sorti en salles le 21 décembre 2016, Zeineb n’aime pas la neige est le deuxième long métrage de Kaouther Ben Hania. Le film a raflé le Tanit d’OR des journées cinématographiques de Carthage 2016. Une histoire humaine, réaliste et touchante.

 

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?