Ils sont jeunes, ils sont beaux et plein d’ambitions, et ont surtout réussi à bien se positionner dans des domaines tels que l’informatique, l’ingénierie, l’automobile ou encore le conseil et l’impression. Voici pour vous notre petite sélection non exhaustive des « Golden Boys » Tunisiens.

Elyes Boussaa-Imprimerie Boussaa

Elyes-Boussa

Avec un grand cœur comme celui de Elyes Boussaa on pourrait battre des montagnes, mais surtout construire des maisons pour les plus démunis et les enfants orphelins et atteints d’handicaps. Car s’il dirige avec son frère l’une des imprimeries leaders en Tunisie, Elyes Boussa est ce que l’on pourrait appeler un « Golden Heart » puisqu’en plus de son travail, le jeune homme a fondé l’association 1 enfant, 1 espoir qui s’occupe des enfants malades et qui n’ont pas les moyens de gérer les études et les soins. Quelques années plus tard, Elyes Boussaa, le baby face,  se lance dans une aventure humanitaire unique en son genre : il lance l’association Darna dont l’objectif et de construire un foyer et une famille à des enfants orphelins et atteints d’handicaps.

Akram Beji- Medianet

akram

Avec ses cheveux poivre et sel, on se tromperait presque sur son âge. Akram Béji n’a que 38 ans et il est gérant de la société Medianet et de ses trois filiales. Après un parcours des plus classiques : des études supérieures à l’ESC, un master spécialisé  à l’IHEC, une première expérience dans une société industrielle tunisienne en tant que responsable export, Akram se lance dans la concrétisation de son rêve d’enfance. En 2001, il lance Medianet (avec 3 actionnaires dont son frère Iheb Béji), une société de services en ingénierie Informatique (SSII) de référence dans le domaine des TIC. Le plus ? La société opère à l’international. Elle fait 40% de son chiffre d’affaire à l’export. Et pour n’enlever rien à son charme, Akram Beji est aussi président de Rotary.

Omar Guiga-Wallysar

omar-et-zied

Omar et Zied Guiga les deux frères fondateurs de Wallyscar

Omar Guiga est le co-fondateur de Wallyscar, le constructeur automobile tunisien,  et Directeur Général de Wallys Service – distributeur automobile. Il est âgé de 31 ans et il est diplômé de l’école de droit londonienne Queen Mary College. Depuis un très jeune âge, ce jeune homme à la belle gueule d’ange, a voyagé et a vécu dans des pays atypique comme les Caraïbes. Passionné d’Art Islamique, il collectionne déjà les oeuvres d’arts et des objets de tout genre. Il a tout pour lui, vous avez dit ?

Karim Guellaty- Link Up Conseil

guellety

Karim Guellety où le Sniper comme le surnomme son entourage est à la tête d’une société de conseil. Rien de particulier jusque là. Des études de droit à la Sorbonne et une brève carrière d’avocat. C’est en 1998 que Karim lance sa société de conseil, Groupe Link Up, avec plusieurs sociétés qui travaillent sur deux axes : le coroporate d’un coté et le politique et les institutions de l’autre. L’ensemble du groupe fait aujourd’hui 120 personnes. Groupe Link Up est présent en France, mais également au canada, en République Tchèque et en Tunisie. En plus de son travail, Karim Guellaty a déjà écrit deux livres, « Le droit des société de services informatiques »  qui a reçu le prix de l’afdit (association française de droit informatique et des technologies) et « le que-sais-je sur le droit musulman. » Depuis, il donne des conférences sur l’Islam, pour présenter ce qu’est l’Islam et ce que pensent les occidentaux de ce qu’est l’Islam. Sur tous les fronts ? Karim est aussi actif dans le milieu associatif en France puisqu’il y réside et qu’il est binational.

Sadri Skander-Auto +

sadri

Passionné de voitures, le jeune homme en a fait son métier. Celui qui présente l’émission spéciale Auto + sur la télévision tunisienne Al Hiwar Attounsi (l’émission numéro 1 automobile dans tout le Maghreb) aime aussi bien les voitures de collection que les dernières nouveautés. Et s’il a suivi les formations chez Groupe ESCRA-ISCAM (qui forme depuis 40 ans des professionnels pour tous les secteurs de la distribution automobile) c’est justement pour en faire son principal métier. Sadri est aussi à la tête de l’édition d’un magazine specialé aussi dans l’automobile « Tunisie Automobile » et est membre du comité d’organisation des 24heures du Mans, (course automobile la plus populaire et prestigieuse au monde) depuis 2008, avec la FIA et l’ACO Infos course. L’exception? Il est 1er tunisien à intégrer un tel poste. Aujourd’hui, pour Sadri, le succès est arrivé à temps et ça lui va bien.

 

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?