Une belle demeure coloniale blanche aux toits de tuiles avait attiré l’attention de Bruno Villeneuve sur la route de Carthage à Byrsa, depuis une dizaine d’années, lors de ses pérégrinations en Tunisie. Il y a deux ans, alors qu’il a élu domicile à Tunis, la chance lui a permis d’en acquérir la propriété. Elle était vétuste, avait subi l’assaut du temps, et des propriétaires successifs en avaient modifié la décoration selon l’usage. Mais cette maison des années 40 avait tout d’un lieu de rêves pour le propriétaire : des murs en pierres, des hauteurs de plafonds de 4 mètres, de nombreuses fenêtres, de la lumière, une terrasse et un beau jardin avec palmier. Un bijou.

carthage-byrsa-8
Façade immaculée d’une ancienne demeure coloniale française au toit de briques entourée de palmiers. Portail donnant sur la route.

La propriété que vous contemplez est le résultat de 5 mois de travaux de rénovation par ce créateur d’intérieurs qu’est Bruno Villeneuve. La maison repeinte de blanc est entourée de murs et on y entre par un portail accédant à une cour aménagée qui donne sur un jardin. Perché au premier étage, au-dessus de la cour et du jardin clôt de hauts murs, l’appartement de 180 m2 de plain-pied est un ancien dispensaire français de l’époque coloniale dans ce Carthage qui comptait alors plusieurs communautés religieuses. L’ensemble de la maison se distribue sur 250 m2 et la parcelle totale mesure 700 m2.

carthage-byrsa-1
Vue globale sur le salon séjour avec ses meubles chinés, une ambiance cosy.
carthage-byrsa-2
Côté séjour, des volumes ouverts, bel escalier montant à la terrasse. A l’avant-plan des armoires dépouillées servent de présentoirs à des objets anciens collectionnés.

La maison se compose d’un immense séjour salon, grande pièce à vivre lumineuse, d’une cuisine aux plafonds de 4 mètres, de deux chambres munies de leur salle de bains et d’un bureau. Cette maison visitée de jour comme de nuit nous enchante par son aspect aéré, sa luminosité et le goût de son propriétaire.Le séjour en lui-même est remarquable. Eclairé par trois fenêtres, il bénéficie de cette rareté qu’est une ouverture sur trois directions. Cet effet puissant d’illumination est dû à la volonté d’ouverture et de restauration qui, en effaçant au maximum toutes les cloisons, en cassant volontairement toutes les séparations inutiles, a créé un univers central où il fait bon vivre.

carthage-byrsa-4
Belle cuisine avec des volumes énormes dus à la hauteur sous- plafond.

Partout, des meubles chinés et retapés un à un par Bruno Villeneuve lui-même. Des meubles qui ont une âme, nous dit-il, et qui habitent un espace à leur mesure. Ce créateur d’intérieurs a une sensibilité bien marquée, aimant «une touche de brut dans un ensemble raffiné». Ainsi, la cuisine entièrement refaite joue au gris dépouillé et à la simplicité sophistiquée et très masculine. Bruno sait s’entourer des meilleurs artisans tunisiens qu’il a rencontrés au cours de l’exercice de sa profession. La cuisine a été refaite par un artisan de Kasserine. Toutes les céramiques de la maison ont été réalisées par des artisans de Nabeul. Il sait également repérer le talent de jeunes artistes qu’il lui arrive de promouvoir… Ainsi, nous remarquons aux murs de merveilleux dessins de Mahmoud Aouidet, jeune autodidacte au trait émouvant de simplicité et de force. Une belle découverte.

carthage-byrsa-3
Splendide espace de travail entouré des œuvres de l’artiste Mahmoud Aouidet.

Toute la maison hormis la cuisine vibre de blanc et de beige, tons ponctués de la patine blonde des meubles tantôt Art-Déco, tantôt vernaculaires de Tunisie et d’Algérie, pays parcouru maintes fois par le créateur. Des mergoums apportent dans les chambres des touches de couleurs. De-ci de-là, des objets de décoration aux douces courbes ou des livres d’art animent le lieu. Le linge de maison, les rideaux sont d’un raffinement simple et immaculé qui évoque les temps anciens.

carthage-byrsa-5
Vaste chambre du maître de maison

Le bureau du créateur est un point focal de la maison. Là il passe son temps à concevoir ses nouveaux décors. On y sent son goût subtil, son attachement à la tradition de cette terre revue par sa vision de créateur. Ainsi la touche de bleu turquoise du fauteuil attire immanquablement l’œil et répond aux couleurs profondes du mergoum au sol. Les dessins de Mahmoud Aouidet habitent à merveille ce lieu de création.

carthage-byrsa-6
Beau meuble algérien chiné par le propriétaire sur Mergoum dans la chambre

Durant tout l’entretien, le propriétaire de la maison nous parle de son respect pour le patrimoine, de son amour pour les meubles qui ont une âme, de ces fauteuils qui ont « un bel accent », de la chine où il découvre des meubles usagés qu’il fait revivre en les habillant de tissus sobres et robustes, effaçant les chamarrés, leur préférant les unis.

carthage-byrsa-7
Superbe jardin à l’arrière de la maison, merveilleux espace à vivre bucolique

Ayant visité la maison, nous descendons au jardin pour savourer la quiétude de ce lieu de fraîcheur et d’harmonie apprécié l’été et particulièrement durant les nuits si envoûtantes de notre belle Tunisie.

Texte : Martine Geronimi

Photos : Robert Jewett

Colaboration : Khadija Djellouli

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?