Cela fait maintenant cinq ans que je suis mariée. Nous avons tous les deux 32 ans et pas encore d’enfants.  Je ne vais pas y aller par quatre chemins, quand je l’ai épousé j’étais encore vierge. C’est vrai que nous nous sommes connus deux ans avant, mais je voulais me préserver pour le jour J. Tout s’est très bien passé, contrairement à ce qu’on m’a raconté. Je n’ai pas vraiment eu mal, mais je n’ai pas ressenti de plaisir non plus, pas au point de jouir je veux dire.

Au début je me disais que c’était normal, étant donné que je venais à peine d’être déflorée et que je n’avais pas d’expérience en termes de relations intimes. Mais après un, puis deux, puis trois mois, je commençais à me poser des questions. Quelque chose n’allait clairement pas. Mon mari commençait d’ailleurs à se faire du souci et nos ébats amoureux devenaient de plus en plus « nerveux » et de plus en plus rapides. C’était une chasse à l’orgasme, qui avait plutôt l’effet contraire. J’ai alors décidé de faire quelques recherches sur le net, car je n’avais envie ni d’en parler à mes amies et encore moins d’aller voir mon gynécologue et j’ai découvert que beaucoup de femmes vivaient la même chose que moi. Ces recherches étaient devenues mon quotidien. J’allais sur les forums, je lisais toutes sortes d’histoires car quelque part cela me rassurait, surtout le fait de savoir que mon cas n’était pas unique.

En parallèle à mes recherches et à ce sujet qui est devenu une obsession, et je ne sais plus pour quelle raison j’ai décidé de simuler l’orgasme avec mon mari. Au début il s’est étonné que j’arrive à jouir, mais je lui ai fait comprendre que j’ai appris à me laisser aller et que ça marche. Mais au fond de moi j’étais triste et je le tenais lui pour coupable. « Mon mari ne me fait pas jouir ». Je n’arrivais pas à enlever cette réflexion de ma tête. Au bout d’un an et demi de simulation j’ai craqué et j’ai décidé de lui dire la vérité, ce qui l’a mis en rogne. Pendant des semaines, il m’adressait à peine la parole.

Mais un jour, j’ai connu un homme…

Puis un jour, il est venu vers moi, m’a embrassée et m’a proposé de reprendre là où on était et de laisser faire le temps. Quant à moi, j’ai décidé de faire un travail sur moi et de me laisser aller. Mais un jour, j’ai connu un homme… A vrai dire c’est une vieille connaissance. On s’est retrouvé sur Facebook, on a repris contact et on a décidé de se voir. Pour être franche, on se plaisait depuis le lycée, mais aucun d’entre nous ne s’est jamais déclaré à l’autre. Donc un jour, en fin d’après-midi, on a pris un café… dans sa voiture, au bord de la mer. On a beaucoup papoté, il y a eu des sourires, on se frôlait des doigts, et je sentais comme une forte tension sexuelle entre nous, qui n’a d’ailleurs pas tardé à se confirmer. On s’est en effet embrassé et… Je vous laisse deviner la suite. Pour être précise, on n’a pas fait l’amour, mais il m’a fait jouir ! Et là j’ai compris que le problème ne venait pas uniquement de moi mais aussi de mon mari qui n’était pas doux au lit, qui n’accordait pas de temps aux préliminaires, qui faisait l’amour d’une manière machinale.

J’ai décidé de ne pas lui parler de ce qui s’est passé, comme j’ai décidé de rompre tout lien avec cette vieille connaissance… Mais j’ai décidé de reprendre les choses en main. J’ai commencé par un conseil récurrent sur les sites et les forums, à savoir la masturbation. J’ai également proposé à mon mari d’essayer quelques jeux érotiques, toujours des propositions trouvées sur le net, et il n’était pas contre. Il ne m’a pas encore donné d’orgasme, mais je sens que ma nouvelle stratégie commence à porter ses fruits. Il est devenu plus attentionné pendant nos ébats amoureux et moi je me laisse aller de plus en plus. Maintenant je laisse le temps faire les choses et j’arrête de faire une fixation sur ce « problème ».

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?